Dépistage et accompagnement des personnes à risque de prédisposition génétique au cancer

Mesure 1 : Remboursement de nouveaux tests génétiques
Mesure 2 : Revalorisation du conseil génétique
Mesure 3 : Remboursement de tests ADN envoyés à l’étranger

Dans le cadre d’une étude de faisabilité réalisée par le Centre du Cancer et le KCE (rapport KCE 240), le Registre du Cancer a effectué une analyse afin d’évaluer le volume et le budget affecté en Belgique au diagnostic génétique et moléculaire chez les patients cancéreux. À cet effet, des analyses ont été effectuées sur une sélection de six types de cancer, diagnostiqués au cours de la période 2011-2012. À la demande du Centre du Cancer, le Registre du Cancer a également effectué ces analyses pour la période suivante. Les résultats des deux analyses sont rassemblés ci-après.

La population étudiée a été sélectionnée dans la base de données du Registre belge du Cancer et comprenait des patients atteints d’un type déterminé de cancer diagnostiqué au cours de la période 2011-2013. Sur la base du numéro d’identification spécifique des patients à la sécurité sociale (NISS), cette base de données a été interconnectée aux bases de données administratives des organismes assureurs, rassemblées par l’Agence intermutualiste (AIM/IMA).

Afin d’éviter d’intégrer également dans les analyses des actes médicaux consécutifs à d’autres lésions malignes, on a exclu les patients atteints de tumeurs invasives supplémentaires, diagnostiquées au cours de la période s’étendant 6 mois avant et 12 mois après la date d’incidence de la tumeur étudiée (à l’exception du cancer de la peau non-mélanome). Étant donné que les données du Registre du Cancer sont encore en cours d’analyse jusqu’à fin 2013, un certain nombre de données peuvent encore manquer pour certains patients. Les patients suivants ont également été exclus :

  • Patients sans domicile officiel en Belgique
  • Patients sans date d’incidence exacte de la tumeur invasive concernée
  • Patients sans NISS connu
  • Patients n’ayant pu être interconnectés avec la base de données de l’AIM/IMA

Tous les codes de la nomenclature ont été choisis dans les articles 32 (anatomo-pathologie), 33 (génétique) et 33bis (diagnostic moléculaire). Pour les patients concernés, tous les enregistrements contenant un de ces codes de la nomenclature dans une période de 3 mois avant et de 6 mois après la date d’incidence ont été collectés dans la base de données de l’AIM/IMA. Cet intervalle de temps autour du diagnostic a été considéré comme le plus approprié pour englober la période de l’examen diagnostique.

Les données fournies par le Registre du Cancer peuvent être retrouvées aux Tableaux 1 et 2. Les détails des analyses feront partie d’un rapport distinct.

* Limité aux patients sans autre tumeur invasive (6 mois avant et 12 mois après la date d’incidence de la tumeur étudiée, et pour lesquels l’interconnexion avec la base de données de l’AIM/IMA est possible).

** Limité aux tumeurs pour lesquelles au moins un code de la nomenclature a été enregistré, au cours de la période de 3 mois avant et de 6 mois après la date d’incidence.

Source: Données du BCR-AIM

 

Mots-clés: 
Tests génétiques

Autres mesures dans ce domaine

Projet VALHUDES: A protocol for VALidation of HUman papillomavirus assays and collection DEvices for HPV testing on Self-samples and urine samples

Projet EU-TOPIA

programmes de dépistage Projet EU-TOPIA

Projet Prehdict

Centre du Cancer Projet Prehdict

Haute Autorité de la Santé (France) : Soutien à l'introduction du dépistage HPV

Centre for Disease Control (USA) : Mises à jour des revues systématiques

Dépistage du cancer du col de l’utérus: le roadbook HPV

Dépistage du cancer du côlon: développement d’un Registre de coloscopies

Amélioration du dépistage et du diagnostic précoce du cancer du sein

Programme systématique de dépistage du cancer du col de l'utérus

Campagne de dépistage du cancer colorectal

Dépistage du cancer colorectal Campagne de dépistage du cancer colorectal