Étude du Centre du cancer au sujet de la réintégration professionnelle (2012 - 2018)

Après l’évaluation du plan cancer en 2012, le Centre du cancer a organisé un groupe de travail « Réintégration socio-professionnelle après le cancer ». Les résultats des activités de ce groupe de travail ont été rassemblés dans un texte reprenant une vision stratégique.

La priorité a été donnée en première instance à la réintégration professionnelle, avec trois piliers importants. Tout d’abord, le rôle des travailleurs de la santé, pour lequel une enquête de faisabilité a été réalisée par le Centre du cancer. Cette enquête vérifiait l’acceptabilité et la faisabilité du rôle des prestataires de soins hospitaliers. Le deuxième et le troisième piliers concernent l’évaluation de la capacité de travail après le cancer et la communication entre les prestataires de soins. Une étude du Centre du cancer comparait les instruments existants entre eux. Les personnes actives en dehors de l’hôpital furent impliquées dans l’évaluation des résultats. Au printemps 2018, un symposium a également été organisé en collaboration avec l’INAMI et le SPF Emploi.

En outre, en parallèle avec  ces enquêtes sur le terrain consacrées à l’amélioration des soins et à l’organisation de la réintégration professionnelle, le Centre du cancer a, en collaboration avec l’ULB, quantifié le retour à la vie professionnelle des travailleurs belges atteints du cancer.

Les résultats de ces différentes enquêtes ont permis au Centre du cancer de formuler les recommandations suivantes:

  • L’Etat doit introduire des normes permettant un accès facile, abordable et équitable aux soins de revalidation pour les travailleurs atteints d’un cancer. Les services intra- et extra muros doivent offrir une réhabilitation adaptée, de la meilleure qualité.
  • Les professionnels de hôpitaux doivent recevoir des moyens leur permettant d’identifier les travailleurs atteints d’un cancer et présentant un risque élevé d’invalidité de longue durée. Ils peuvent éviter cette absence de longue durée et préparer les éléments nécessaires pour le travail de leurs collègues en dehors de l’hôpital.
  • La collaboration entre les acteurs responsables des soins et de la réintégration des travailleurs malades depuis longtemps doit être encouragée, organisée, facilitée et coordonnée. Ceci, non seulement pour offrir un canal et un moyen de communication mais aussi un contenu et des objectifs.
  • Les employeurs doivent être informés des caractéristiques spécifiques d’un retour au travail après un cancer. Sur la base de ces éléments, l’employeur devra mettre en place des plans de réintégration dans lesquels seront impliqués les collègues et superviseurs directs.
  • Investir dans la recherche. Evaluer la politique, les systèmes opérationnels et les services afin d’analyser les besoins, les expériences et les opinions des travailleurs, des employeurs et des professionnels. De cette façon, identifier les points d’attention, définir les priorités et planifier les interventions.
Mots-clés: 
Réinsertion socio-professionnelle
Centre du Cancer