Programme systématique de dépistage du cancer du col de l'utérus

Mesure 1 : Programme de dépistage systématique du cancer du col de l’utérus chez les femmes de 25 à 64 ans
Mesure 2 : Remboursement majoré pour les examens complémentaires
Mesure 3 : Intégration de l’enregistrement des résultats des tests de dépistage dans les données du Registre du Cancer

La version 2008 des directives européennes est suivie dans toute la Belgique (Arbyn et al., 2010). Celle-ci prescrit un dépistage tous les trois à cinq ans chez les femmes de la tranche d’âge de 25-64 ans. En Belgique, l’intervalle de dépistage recommandé est de trois ans.

Un troisième rapport de l’AIM a été établi sur le prélèvement et la lecture des frottis de col de l’utérus dans le cadre du dépistage du cancer de l’utérus, en collaboration avec l’AIM, le Registre du Cancer et le Centre du Cancer (Van den Heede et al., 2015). Ce rapport couvre la période 2006-2012 et s’inscrit dans la lignée des deux rapports précédents concernant la période 1996-2006 (Arbyn et al., 2009 ; Arbyn et al., 2014). Les Tableaux 4 et 5 présentent les chiffres de la population cible, le nombre de femmes ayant subi un dépistage en 2012 et le taux de couverture, calculé selon les recommandations de l’IARC. Le taux de couverture était un peu plus élevé en Région wallonne (64 %) qu’en Région flamande (60 %) et qu’à Bruxelles (59 %). Le taux de couverture a atteint 61 % pour l’ensemble de la Belgique. Le profil d’âge est similaire dans toutes les régions. Le taux de couverture est assez élevé pour les femmes de moins de 40 ans (en Belgique > 70 %) et diminue ensuite progressivement (jusqu’à 40 % chez les femmes de 60-64 ans en Belgique).

En Flandre, les femmes sont invitées depuis juin 2013 à se soumettre à un frottis chez leur généraliste ou leur gynécologue. Cet examen est organisé sur la base d’un système de convocation et de rappel (système call-recall). Le test de dépistage est une cytologie cervicale avec une fréquence de 1 fois tous les 3 ans dans le groupe cible des femmes de 25-64 ans, conformément aux recommandations européennes. Le programme flamand prévoit d’inviter les femmes faisant partie d’un groupe restreint pour lesquelles un nouveau frottis est utile. Les femmes chez qui un diagnostic de cancer de l’utérus a été posé, qui ont subi une hystérectomie totale ou qui ont déjà subi un frottis moins de trois ans auparavant ne sont pas invitées. Davantage de détails peuvent être trouvés dans le rapport annuel flamand 2015 (Bevolkingsonderzoek.be, 2015). Ce rapport permet de déduire le degré de réponse, c’est-à-dire le pourcentage de femmes qui ont reçu une invitation en 2014 et qui se sont soumises à un frottis moins de 12 mois plus tard. Le taux de réponse atteignait globalement 11 % (voir Tableau 6) et baissait avec l’âge, de 15 % (chez les femmes < 35 ans) à 8 % (chez les femmes de 55 ans ou plus). Il convient de noter qu’il s’agit en l’occurrence de femmes qui ne s’étaient pas soumises à un dépistage au cours des trois années précédentes. En Wallonie, aucun programme de dépistage organisé n’a été mis en place durant la dernière décennie. Néanmoins, le taux de couverture n’est pas plus bas qu’en Flandre.

Il y a un certain nombre d’éléments de réflexion pour l’avenir. Les indicateurs pour le suivi des femmes dont le dépistage a donné un résultat positif n’ont pas encore pu être intégrés dans la collecte de données de l’IARC mentionnée ci-dessus, en raison de différences dans la définition. Pour une vue d’ensemble de l’utilisation de la colposcopie, de la biopsie et de la conisation, on peut renvoyer aux rapports antérieurs de l’AIM et au rapport annuel flamand en relation avec le dépistage du cancer (Bevolkingsonderzoek.be, 2015).

Les directives européennes (von Karsa et al., 2015) et un rapport récent du centre de connaissances (KCE reports 238, 2015) recommandent de passer du Pap test au test HPV pour le dépistage primaire du cancer du col de l’utérus. Le récent accord de protocole du 21 mars 2016 pour la prévention prévoit un cadre pour la mise sur pied d’un groupe de travail technique avec des représentants des Communautés et des Régions, des experts et d’autres parties intéressées, sous la direction du Centre du Cancer. Ce protocole, élaboré dans le cadre de la conférence interministérielle Santé publique, est un accord conclu entre le gouvernement fédéral et les entités fédérées relatif à la prévention. En attendant, il est nécessaire de poursuivre les recherches sur la survenue des cancers HPV-négatifs et le tri des femmes HPV-négatives.

L’effet de l’invitation sur l’augmentation éventuelle du taux de couverture n’est probablement pas si important. Des recherches scientifiques montrent que la mise à disposition de kits d’auto-prélèvement et de tests HPV sur ces échantillons vaginaux auto-prélevés est généralement plus efficace que l’envoi d’invitation (Arbyn et al., 2014 ; Verdoodt et al., 2015). En Flandre, une étude randomisée est actuellement en cours afin d’établir l’efficacité de cette stratégie dans le cadre de laquelle des kits d’auto-prélèvement sont envoyés à des femmes qui ne participent pas au dépistage.

Le Centre du Cancer poursuivra des études dans le domaine de la validation du test HPV et des tests HPV effectués sur des échantillons et de l’urine auto-prélevés (VALGENT (Arbyn et al., 2016) et études VALHUDES). Le Centre du Cancer continuera de développer son expertise en relation avec l’étude des données relatives aux nouvelles méthodes de prévention et de traitement des cancers liés à l’HPV. Cela est également important, vu l’absence d’un groupe d’experts disposant d’un mandat européen pour l’actualisation des directives en matière de dépistage du cancer du col de l’utérus.

VALHUDES: VALidation of Human papilloma virus assays and collection DEvices for HPV testing on Self-samples. Le protocole d’étude est mis au point, mais l’exécution de l’étude dépend du financement.

Mots-clés: 
Dépistage Cancer du col de l'utérus

Autres mesures dans ce domaine

Projet Prehdict

Centre du Cancer Projet Prehdict

Haute Autorité de la Santé (France) : Soutien à l'introduction du dépistage HPV

Centre for Disease Control (USA) : Mises à jour des revues systématiques

Projet VALHUDES: A protocol for VALidation of HUman papillomavirus assays and collection DEvices for HPV testing on Self-samples and urine samples

Projet EU-TOPIA

programmes de dépistage Projet EU-TOPIA

Dépistage du cancer du côlon: développement d’un Registre de coloscopies

Dépistage du cancer du col de l’utérus: le roadbook HPV

Amélioration du dépistage et du diagnostic précoce du cancer du sein

Campagne de dépistage du cancer colorectal

Dépistage du cancer colorectal Campagne de dépistage du cancer colorectal

Dépistage et accompagnement des personnes à risque de prédisposition génétique au cancer